Etre & Savoir, des enfants à l’école de la nature

Etre & Savoir, des enfants à l’école de la nature

Ecole Etre et Savoir Paris 12 - Articles

Quand l’espace école permet l’accès et l’expérimentation autour de codes sociaux dans une architecture humaine, la nature nous amène à observer, éprouver ce que nous comprenons non pas avec notre mental mais avec nos émotions et nos sens.

Depuis la rentrée, entre la classe verte de début d’année, les sorties quotidiennes au parc, les sorties du jeudi matin et l’entretien de notre jardin… des liens avec notre environnement naturel se créent. Nous comptons bien les renforcer, avec l’appui de parents qui souhaitent eux aussi aller dans ce sens.

Donner à vivre des moments dans la nature, c’est permettre l’accès à une organisation non-humaine de l’espace, c’est avoir accès à d’autres espèces, d’autres odeurs, d’autres sensations. Certes, la nature sauvage nous est difficilement accessible ; mais la vie que l’on peut trouver dans les bois et les parcs est déjà foisonnante !

Nos sorties prennent d’abord la forme d’explorations libres. On regarde, on sent, on creuse, on tire, on arrache, on caresse, on fait attention, on écoute, on grimpe, on saute, on court… on se connecte à la nature et à notre nature,  on fait partie de. Les sorties sont aussi l’occasion de découvertes guidées. En observant la vie animale et végétale, on peut nommer ou décrire les espèces, les comportements, les phénomènes. Quand on ne sait pas, l’observation peut se prolonger dans des recherches, à l’école ou à la bibliothèque. A l’inverse, quand on étudie la biologie en classe, on peut se référer à des expériences vécues au grand air…

Se relier à la nature, c’est aussi l’occasion de lier entre nous de façon différente, parce que le contexte est différent et les contraintes plus élémentaires. Comme lorsqu’on part en voyage de classe, on rencontre ses camarades et accompagnants dans un autre contexte, on découvre de nouveaux aspects de leur personnalité. Des compétences sont mises en lumière et des complémentarités peuvent voir le jour. Partout dans le monde, les recherches fleurissent pour prouver à nos cerveaux que la nature nous aide à nous développer. Elles montrent comment les connexions neuronales sont optimisées dans un environnement naturel. Le temps prend une forme différente lui aussi. Des pays comme le Canada et l’Ecosse soutiennent officiellement les politiques de connexion à la nature. Ces repères non-humains sont l’occasion de conforter et produire notre humanité en lien avec le monde vivant.

Raphaël Mellado

Pour aller plus loin… La verdure et les espaces verts améliorent le développement du cerveau des enfants, article d’Apprendre à éduquer – août 2015

NB. Si vous êtes intéressés par le sujet, rejoignez l’Agora “Reconnecter l’enfant à la nature”, une concertation nationale qui se tient jusqu’en juin et dont Raphaël est, au nom du Printemps de l’éducation, co-organisateur et animateur…

https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/bientot-un-atelier-agora-reconnecter-lenfant-a-nature

https://www.tes.com/news/outdoor-play-officially-fundamental-learning